Les trois principes

Les trois principes des pacificateurs zen ont été élaborés et formulés pour la première fois par Roshi Bernie Glassman en 1994. Depuis lors, ils ont été étudiés et pratiqués par de nombreuses personnes, y compris des bouddhistes non zen, et présentés par de nombreux enseignants zen. Vous trouverez ci-dessous un article sur les trois principes de Roshi Egyoku Nakao, abbé de la Centre Zen de Los Angeles , ainsi que d’autres discussions et réflexions sur les Trois Principes par d’autres contributeurs.

Ne sachant pas

Ne sachant pas:
abandonner les idées fixes sur vous-même, les autres et l’univers.

Avec une application régulière, la pratique des Trois Principes peut devenir un mode de vie du centre à tout moment. Bien que les principes soient pris dans l’ordre lorsque vous les étudiez, la pratique n’est pas nécessairement linéaire. Chaque principe reflète les autres ; ils sont parfaitement intégrés les uns dans les autres, circulant en tant que centre, circonstance et action dans un cercle de vie en constante évolution et infiniment varié.

Témoigner

Témoignage :
à la joie et à la souffrance du monde

La pratique de témoigner consiste à voir tous les aspects d’une situation, y compris vos attachements et vos jugements. Vous ne pouvez pas vivre uniquement dans un état de non-savoir, car la vie vous demande aussi de faire face aux conditions qui se présentent à vous en leur étant présent. Lorsque vous témoignez, vous vous ouvrez à l’unicité de tout ce qui surgit et vous le rencontrez tel qu’il est. Associé au fait de ne pas savoir, le fait de témoigner peut renforcer votre capacité à être spacieux, vous permettant ainsi d’être présent aux choses mêmes qui vous donnent l’impression d’avoir perdu votre centre. Cela peut renforcer votre capacité à écouter d’autres points de vue, permettant ainsi d’avoir une image plus nuancée d’une situation.

Taking Action

Prendre part:
qui découle du fait de ne pas savoir et de témoigner

Le troisième principe est Agir. Il est impossible de prédire quelle sera l’action dans n’importe quelle situation, ou le calendrier pour quand elle se produira ou ce qui pourrait en résulter. L’intention sous-jacente est que l’action qui se pose soit une action bienveillante, qui serve tout le monde et tout, y compris vous-même, dans l’ensemble de la situation.

Parfois, l’action est aussi simple que de continuer avec la pratique des deux premiers principes de ne pas savoir et de témoigner ; la pratique même des Trois Principes est en elle-même une action bienveillante. Et bien que l’action qui découle de l’engagement de ne pas savoir et de témoigner soit spontanée et souvent surprenante, elle s’adapte toujours parfaitement à la situation.

Pour l’article complet, initialement publié dans Tricycle: The Buddhist Review, été 2017, vol. xxvi, non. 4. Suivez ce lien: tricycle.org .

Wendy Egyoku Nakao Roshi est l’abbé de la Centre Zen de Los Angeles , successeur de Roshi Bernie Glassman, et professeur fondateur de l’Ordre Zen Peacemaker.

The Three Tenets

Les trois principes des pacificateurs zen ont été élaborés et formulés pour la première fois par Roshi Bernie Glassman en 1994. Depuis lors, ils ont été étudiés et pratiqués par de nombreuses personnes, y compris des bouddhistes non zen, et présentés par de nombreux enseignants zen. Vous trouverez ci-dessous un article sur les trois principes par Roshi Egyoku Nakao, abbé du Zen Center de Los Angeles, ainsi que d’autres conférences et réflexions sur les trois principes par d’autres contributeurs.

Ne sachant pas

Ne sachant pas:
abandonner les idées fixes sur vous-même, les autres et l’univers.

Avec une application régulière, la pratique des Trois Principes peut devenir un mode de vie du centre à tout moment. Bien que les principes soient pris dans l’ordre lorsque vous les étudiez, la pratique n’est pas nécessairement linéaire. Chaque principe reflète les autres ; ils sont parfaitement intégrés les uns dans les autres, circulant en tant que centre, circonstance et action dans un cercle de vie en constante évolution et infiniment varié.

TÉMOIGNAGE

Témoignage :
à la joie et à la souffrance du monde

La pratique de témoigner consiste à voir tous les aspects d’une situation, y compris vos attachements et vos jugements. Vous ne pouvez pas vivre uniquement dans un état de non-savoir, car la vie vous demande aussi de faire face aux conditions qui se présentent à vous en leur étant présent. Lorsque vous témoignez, vous vous ouvrez à l’unicité de tout ce qui surgit et vous le rencontrez tel qu’il est. Associé au fait de ne pas savoir, le fait de témoigner peut renforcer votre capacité à être spacieux, vous permettant ainsi d’être présent aux choses mêmes qui vous donnent l’impression d’avoir perdu votre centre. Cela peut renforcer votre capacité à écouter d’autres points de vue, permettant ainsi d’avoir une image plus nuancée d’une situation.

Taking Action

Prendre part:
qui découle du fait de ne pas savoir et de témoigner

Le troisième principe est Agir. Il est impossible de prédire quelle sera l’action dans n’importe quelle situation, ou le calendrier pour quand elle se produira ou ce qui pourrait en résulter. L’intention sous-jacente est que l’action qui se pose soit une action bienveillante, qui serve tout le monde et tout, y compris vous-même, dans l’ensemble de la situation.

Parfois, l’action est aussi simple que de continuer avec la pratique des deux premiers principes de ne pas savoir et de témoigner ; la pratique même des Trois Principes est en elle-même une action bienveillante. Et bien que l’action qui découle de l’engagement de ne pas savoir et de témoigner soit spontanée et souvent surprenante, elle s’adapte toujours parfaitement à la situation.

Pour l’article complet, initialement publié dans Tricycle: The Buddhist Review, été 2017, vol. xxvi, non. 4. Suivez ce lien: tricycle.org .

Wendy Egyoku Nakao Roshi est l’abbé de la Centre Zen de Los Angeles , successeur de Roshi Bernie Glassman, et professeur fondateur de l’Ordre Zen Peacemaker.